Chroniques de Papiers

13/01/2017

NOVATEUR

Un tueur sévit sur la capitale française. Un assassin méthodique, cruel, qui se joue des forces de l’ordre au gré de ses envies, comme le ferait un marionnettiste avec ses pantins. Une traque qui s’étalera sur six mois, période durant laquelle les nerfs des policiers seront mis à rude épreuve. Car le meurtrier, outre les cadavres qu’il laisse derrière lui, semble faire preuve d’une imagination surprenante au royaume sanglant des serial killers. En effet, celui-ci use de techniques improbables, novatrices, qui sèment le trouble au sein du fameux 36 Quai des Orfèvres. Que veulent dire les messages laissés sur chaque scène de crime ? Que signifient ces indices, ces traces indéchiffrables élaborées par le tueur ?

FLOTTEMENT

Détail singulier, ce roman débute par sa fin. Ou presque. Car sans rentrer dans les détails — heureusement — , Laurent Loison nous fait comprendre que l’homme le plus recherché de France a vu son funeste parcours s’arrêter brusquement, tué lors d’une fusillade. Le commissaire nouvellement promu du 36 tient un discours devant une assemblée conquise quand une personne fait irruption, provoquant un flottement dans la salle. Qui est-elle ? Nous allons rapidement le savoir, mais déjà la curiosité prend le dessus.

CONTRASTE

L’auteur rembobine ensuite six mois en arrière, pour nous expliquer plus amplement l’épopée sanglante du tueur à la charade. Et l’on peut constater que ce dernier ne fait pas dans la dentelle. Des meurtres sanglants, d’un sadisme prégnant. Un énorme contraste avec la finesse de son énigme. Servie par des personnages soignés et charismatiques, l’histoire est plaisante et se lit tranquillement, malgré parfois de longues tirades ennuyantes. Loison agrémente tout de même son récit d’originalités bien senties et c’est justement là que réside le plaisir de la lecture. Son dénouement est très travaillé, peut-être un peu trop, ce qui fait que la compréhension totale de l’intrigue peut en prendre un coup. Mais l’épilogue, excellent et tellement vrai, met un terme à une course poursuite invraisemblable.

Chroniques de Papiers

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

À l'affiche

Mon avis :

Après l’excellentissime « Charade », Laurent Loison revient et tape toujours aussi fort avec son nouveau roman « Cyanure » ! Un coup de cœur...

Un bon livre à lire

22/09/2017

1/3
Please reload

Posts récents

22/09/2017

20/09/2017

18/09/2017

Please reload

Par tags
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic