Ange77 sur Babelio

24/04/2017

« Le savant avait tout perdu de sa folie. Il était devenu le clown blanc, l'auguste si chaleureux l'avait déserté. »

Mais qui est donc Laurent Loison ?

Une nouvelle plume au talent inouï. Plus que prometteur. 
Le fils caché de Chattam et Thilliez. Rien de moins.
Loison n'a véritablement rien à envier aux grands noms du genre.

Le jeune auteur français nous offre donc un polar noir en guise de premier roman.
On pourrait craindre, de par ce statut prééminent, que Charade souffre d'erreurs ou de longueurs. Que nenni !

Rarement on aura connu intrigue aussi astucieuse, perverse. 
Rarement on aura vécu suspens si haletant. 
Rarement énigme aura été plus complexe, chiadée. 
Rarement criminel se sera avéré retors et machiavélique à ce point.

C'est simple : ce roman policier se trouve être une pure réussite sur toute la ligne ! Tous les ingrédients nécessaires y sont réunis en un piquant et détonnant cocktail, un poison entêtant qui se déverse dans les veines jusqu'à vous laisser pantelant, à bout de souffle - Bref, n'ayons pas peur d'appeler un chat un chat [ > ceux qui l'ont lu comprendront le rappel ^^] : sur le c** !

« La charade pour un tout. le tout devenant cohérent dans une unité globale.
Le tueur n'était pas seulement un fou, mais un monstre calculateur puissant. »

Comme de nombreux lecteurs déjà, je demeure pantoise, médusée devant tant d'ingéniosité littéraire.
L'écrivain m'a estomaquée, ni plus ni moins. 
De main de maître, il nous balade - j'ai presque envie de dire 'tranquillement' - de chausse-trappes en révélations, d'impasses en rebondissements, au gré de cadavres atrocement mutilés et de bouts de charade distillés avec une obscène parcimonie. Une ligne par crime, dans une inexorable spirale sanglante et mortifère, nous soumettant ainsi au paroxysme de la tension. 
Et quand l'auteur daigne, à la toute fin du récit, éclairer enfin nos lanternes ; c'est bouche bée et empli d'un immense respect, qu'on referme ce petit joyau, en jurant tout de même de ne plus se faire avoir - mais priant par-devers soi pour l'inverse ! Car on ne peut qu'en redemander.

« Le tueur à la charade venait de se manifester après trois mois de silence.
Un seul mot. En lettres majuscules. 
SOUFFRE ! »

Est-ce utile de préciser aux estomacs sensibles et fragiles de peut-être éviter cette lecture ? À moins de n'avoir pas froid aux yeux, je ne conseillerais pas... 
Même si l'on relèvera de temps à autre, quelques notes d'un humour décalé mais appréciable, venu alléger les passages les plus noirs dont nous gratifie Mr Loison.

En revanche, à tous les adeptes : foncez ! Vous ne le regretterez pas.

> Si j'ai personnellement deviné rapidement l'identité du meurtrier à la charade - ce qui n'a en rien gâché mon plaisir, tant le cheminement tortueux maintenait à lui seul mon intérêt - , ce n'est apparemment pas le cas de tout l'monde. 
Loin de moi l'idée de m'en vanter... ceci dit, je mets au défi d'y arriver tous ceux qui auront l'envie d'y plonger :)

> À venir : Cyanure, actuellement en bêta-lecture par quelques chanceux, dont je ne fais à mon grand dam, pas partie... N'empêche, j'ai hâte ! 


« Na zdarovié ! »

Ange77

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

À l'affiche

Mon avis :

Après l’excellentissime « Charade », Laurent Loison revient et tape toujours aussi fort avec son nouveau roman « Cyanure » ! Un coup de cœur...

Un bon livre à lire

22/09/2017

1/3
Please reload

Posts récents

22/09/2017

20/09/2017

18/09/2017

Please reload

Par tags
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic